Link caption Link caption

Si votre communauté est intéressée par la désignation de géoparc, veuillez communiquer avec John Calder, président du Réseau des Géoparcs canadiens ou avec l'un des cinq géoparcs mondiaux du Canada. Cette démarche vous permettra d'examiner le processus et de bien comprendre les livrables. Pour devenir officiellement un géoparc candidat au Canada, une lettre d'intention doit être soumise à l'approbation du RGC et ce processus sera expliqué lorsque vous contacterez John Calder. Pour pouvez aussi contacter Pierre Verpaelst, qui agit en tant que liaison auprès des géoparcs candidats.



LE PROCESSUS D'ÉVALUATION

Il existe un processus en deux étapes pour les premières évaluations. Les deux étapes sont identiques mais exécutées par deux entités différentes consécutivement.

En premier lieu, le Réseau des Géoparcs canadiens (RGC) analysera toutes les candidatures et fournira une évaluation sur le terrain. Sur la base des commentaires et de l'état de préparation, la candidature pourra ensuite être soumise au Siège de l'UNESCO pour le même processus. Au minimum, ce processus prend trois ans et la moyenne est de cinq ans. Tous les géoparcs candidats doivent soumettre leur candidature au RGC avant de la soumettre à l'UNESCO.


Les demandes peuvent être soumises à tout moment, mais le moment idéal est l'automne ou l'hiver (au plus tard le 31 mars) si l'objectif est d'avoir une évaluation sur le terrain l'été suivant. Cela facilite la planification des évaluations sur le terrain des candidatures retenues pour l'année suivante. La demande doit être concise et complète, ne dépassant pas 50 pages (y compris les photos et les cartes) en anglais ou en français.


La demande au Réseau canadien doit inclure:

· Dossier de candidature complété, y compris les pièces jointes requises

· Formulaire d'auto-évaluation complété

 

Veuillez noter que la demande complète ne doit pas dépasser 5 Mo pour faciliter l'envoi par courriel aux membres du Réseau. Si nécessaire, un lien Web peut être fourni aux membres pour obtenir des fichiers de plus de 5 Mo.

Les candidatures seront vérifiées pour s'assurer que toutes les informations requises sont incluses et que les directives ont été respectées. Un avis sera envoyé dans un délai d'un mois si d'autres documents sont nécessaires pour l'examen de la demande.


Les évaluations du dossier de candidature auront lieu dans les deux mois suivant sa réception et des commentaires appropriés seront envoyés dans ce délai.


Si le requérant est jugé prêt par le Réseau des Géoparcs canadiens, une visite d'évaluation sur le terrain sera programmée. Les visites auront lieu entre le 1er mai et le 31 août de chaque année. Les frais de voyages (déplacement, logement et repas) des deux évaluateurs experts sont à la charge du requérant. Les experts rédigeront un rapport d'évaluation pour examen par le RGC au plus tard en septembre. Les commentaires approuvés seront acheminés au requérant au plus tard le 30 septembre.


Si le candidat est jugé prêt, il recevra une lettre d'approbation du RCG et de la CCUNESCO qu’il joindra à sa demande finale au Réseau des Géoparcs mondiaux au Siège de l’UNESCO. L’échéancier du processus pour le Réseau mondial est sensiblement le même que ci-dessus. Il est décrit en détail ci-dessous.


Le Secrétariat des géoparcs mondiaux UNESCO au siège de l'UNESCO coordonne les soumissions de propositions et est prêt à fournir des conseils. Au Canada, le Réseau des Géoparcs canadiens et la Commission canadienne pour l'UNESCO pourront apporter leur aide. Les candidatures retenues auront démontré que, déjà dans la phase de planification, elles ont discuté et échangé avec d'autres géoparcs mondiaux UNESCO ainsi qu'avec le Réseau mondial des géoparcs (cela commence généralement plusieurs années avant la soumission effective d'un dossier). Il est important de demander conseil lors de la phase de préparation, de participer à des réunions, des conférences ou des ateliers internationaux ou régionaux sur les géoparc.


Avant toute demande formelle, tout futur Géoparc mondial UNESCO doit soumettre lettre d’intention via le canal officiel tel que défini dans les Directives opérationnelles pour les géoparcs mondiaux UNESCO. Un dossier de candidature complet et soigneusement formaté (comprenant des pièces justificatives pour démontrer que la région fonctionne déjà comme un géoparc mondial de facto depuis au moins un an) doit être soumis de la même manière. Le géoparc candidat doit avoir un patrimoine géologique de valeur internationale. La description géologique est examinée par des évaluateurs désignés par l'Union internationale des sciences géologiques (UISG). Ils détermineront si la géologie est comprise et si elle a vraiment une signification mondiale. Le futur Géoparc doit aussi être géré par un organisme ayant une existence juridique reconnue par la législation nationale et doté d'un plan de gestion complet, couvrant les questions de gouvernance, de développement, de communication, de protection, d'infrastructure, de financement et de partenariat. Les futurs géoparcs mondiaux UNESCO doivent se rendre visibles à la fois aux visiteurs et à la population locale grâce à un site Web dédié, des brochures et une carte détaillée qui relie les sites géologiques et autres sites d’intérêt de la région. Un géoparc candidat appelé à devenir un géoparc mondial UNESCO doit également avoir une identité d'entreprise.


Les échéances pour les propositions de géoparc mondial UNESCO et la procédure d'évaluation sont les suivants:

-       31 octobre à la CCUNESCO, afin de permettre la demande à l'UNESCO avant le 30 novembre

-       Vérification de la complétion des documents après le 1er décembre

-       Évaluations du dossier jusqu'au 30 avril

-       Visite d'évaluation sur le terrain à partir du 1er mai

-       Recommandations sur les candidatures du Conseil des géoparcs mondiaux de l'UNESCO en septembre

-       Décision du Conseil exécutif de l'UNESCO lors de sa session de printemps de l’année suivante

 

À quoi s'attendre dans le processus de candidature

Devenir membre du Réseau des Géoparcs mondiaux de l'UNESCO n'est pas une tâche simple. L'obtention de la désignation n'est que la première étape d'un processus continu de développement, d'amélioration et de revalidation.


Le parcours pour devenir un géoparc mondial de l'UNESCO commence par une lettre d'intention adressée au Réseau des Géoparcs canadiens (RGC). Tout au long du processus d’évaluation décrit plus haut, le RCG est là pour vous aider à préparer la meilleure candidature possible et vous conseiller dans la préparation de votre candidature à l’UNESCO.


Une fois votre candidature prête à être envoyée à l'UNESCO, vous devrez respecter les dates indiquées ci-dessus dans le processus de candidature.


Ils rechercheront des composants indispensables :

-       Preuve d'activité existante

-       Des limites clairement définies

-       Gestion et protection

-       Ressources financières et humaines

-       Partenaires et parties prenantes

-       Capacité de la communauté, personnes pour développer et exploiter le    géoparc

 

Si le géoparc candidat réussit l'évaluation sur papier, l'UNESCO désignera des évaluateurs pour effectuer une visite du site. Ils chercheront à voir si les éléments de contenu du dossier d’application peuvent être vérifiés sur le terrain. Ils rechercheront un véritable leadership, un partenariat et un engagement communautaire. Le géoparc doit avoir une géologie intéressante suffisamment étendue pour influencer un développement durable mais en même temps gérable. Le géoparc candidat doit démontrer une gestion solide, une vision partagée, des champions communautaires, un mandat et des rôles et responsabilités clairs.


Le géoparc en herbe doit avoir une infrastructure touristique avec des programmes de qualité sur le thème géologique en place pour les visiteurs ainsi que des programmes éducatifs dans les écoles et les communautés et des mesures de conservation. Il doit travailler avec ses partenaires et montrer des avantages pour la communauté et les entreprises et il doit avoir un moyen d'évaluer sa qualité et son impact.


Il y a des attentes financières avant et après la désignation. Le géoparc en herbe est responsable des coûts de l'évaluation du CGN, y compris une visite du site, puis de l'évaluation de l'UNESCO. Les évaluateurs de l'UNESCO se rendront sur place pendant plusieurs jours et viendront très probablement de géoparcs d'autres régions du monde.

La participation à l'une des réunions internationales ou régionales pendant le processus de candidature est une bonne idée pour comprendre le réseau, ses objectifs et sa communauté.

 

Une fois devenu un géoparc mondial UNESCO

Une fois obtenu le statut de géoparc mondial de l'UNESCO, le travail se poursuit. La mise en réseau est une attente de votre géoparc et fait partie du processus de revalidation. Assister et participer à des réunions internationales tous les deux ans et réseauter avec d'autres géoparcs est une exigence. Les réunions ne sont qu'une forme de réseautage et vous devrez également vous associer et travailler en collaboration avec d'autres géoparcs.

 

Revalidation (tous les quatre ans)

La désignation de géoparc mondial n'est pas éternelle. Les géoparcs mondiaux UNESCO sont examinés et revalidés tous les quatre ans. Les revalidations sont aussi rigoureuses que le processus d'évaluation initial. Elles sont exécutées par l'UNESCO et vous êtes responsable des frais de déplacement et de séjour des évaluateurs qui vous visiteront et qui proviendront de géoparcs d'autres parties du monde. Les visites de revalidation peuvent aboutir à l'obtention d'une « carte verte » (tout va bien), d'un « carton jaune » (de graves lacunes à corriger) ou d'un « carton rouge » (vous ne répondez plus obligations d’un géoparc mondial UNESCO) et sont alors retirés du réseau.